mercredi 23 mai 2018

"Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une" de Raphaëlle Giordano




Résumé : Camille, 38 ans, souffre sans le savoir d'un ras-le-bol du quotidien. Mais comment le savoir quand on a finalement tout pour être heureuse : un fils, un conjoint, un travail stable ? Elle tombe par hasard sur Claude, routinologue, qui va lui ouvrir les yeux et lui proposer de l'accompagner dans sa reconquête du bonheur.

Pourquoi ce livre : commencé il y a fort longtemps car le thème du développement personnel m'intéresse, je l'avais abandonné au bout de quelques pages.... avant de le reprendre pour le thème de mai du Challenge des douze thèmes "Mignonne, allons voir si la rose => une couverture ou un titre avec des fleurs".

Avis : Ma première impression reste la même : c'est un livre destiné à mettre du développement personnel entre les mains de ceux qui ne seraient pas forcément allés dans ce rayon en librairie.

lundi 14 mai 2018

"Darkwind t1 : mécanique infernale" de Sharon Cameron


 Résumé : Angleterre, 1852. La jeune Katharine est mandatée par sa tante et tutrice pour se rendre auprès de son oncle et faire prouver qu'il est fou. La manœuvre permettra ainsi à la tante d'être gérante du vaste domaine et d'assurer à Katharine un revenu. Mais lors de son arrivée à Darkwind, la jeune femme réalise que son oncle, certes excentrique, est avant tout un inventeur de génie qui permet à des centaines de personnes de travailler. Va-t-elle tout remettre en cause pour faire plaisir à sa tante ?

Pourquoi ce livre : des fois, dans la vie, on a de chouettes surprises : je discutais avec une collègue avant de découvrir qu'elle était aussi fan du genre steampunk ! Elle m'a donné quelques titres de sa bibliothèque perso et je suis tombée sur celui-là par hasard.

Avis : 1er tome d'un diptyque, Darkwind nous plonge dans un univers mêlant touches de gothique et de steampunk. Il ne s'agit pas d'un environnement steampunk dans le sens strict du terme - pas de zeppelin dans le ciel et autres machines infernales utilisant la vapeur. Le côté steampunk vient des inventions de l'oncle, automates plus perfectionnés les uns que les autres. C'est surtout le côté gothique qui l'emporte, avec un sombre manoir aux pièces nombreuses et lugubres, au vent qui gémit près des fenêtres le soir. Il y a aussi un aspect romantique en filigrane qui heureusement ne vient pas du tout noyer le reste.
A noter, Sharon Cameron s'est inspirée du Duc de Portland et de son domaine de Welbeck pour créer le personnage de l'oncle Tully.
Le décor d'ensemble m'a beaucoup plu et j'avoue qu'il rachète pas mal le reste. Parce que pour ce qui et de l'intrigue et de l'action, le moins que l'on puisse dire c'est que tout ça n'est pas mené tambour battant. Pour faire bref, tout s'accélère dramatiquement à la page 250... sur 400. J'ai donc longtemps attendu que la trame principale décolle.
Certes, je pourrais dire que l'auteure prend son temps pour créer l'ambiance, décrire les personnages, le mode de fonctionnement du domaine, pour instiller un peu de tension. Mais j'avais envie de voir l'héroïne prise dans une machination quelconque alors que ce sont surtout ses états d'âmes qui nous bercent une bonne partie de l'histoire. Heureusement, elle gagne en maturité et en épaisseur au fil des pages. Son dilemme reflète bien la triste condition féminine : doit-elle trahir son oncle et s'assurer un avenir, aussi maigre soit-il ou doit-elle le défendre au risque de se retrouver seule et sans le sou ?
Je suis curieuse de connaître la suite de Darkwind mais je ne suis pas non plus dans une fébrilité insoutenable, ce tome pouvant - presque - se suffire à lui-même. A l'occasion donc, si je mets la main dessus !

Bayard, 2015, 408 p.

dimanche 6 mai 2018

"Le linguiste était presque parfait" de David Carkeet


Résumé : L'institut Wabash sert à la fois de crèche et de lieu d'étude autour de l'acquisition du langage des enfants. Quand un membre de l'équipe est retrouvé mort, c'est la suspicion générale. Les collègues, déjà peu soudés, s'observent en chiens de faïence. L'un d'eux, Jeremy Cook, décide de mener sa propre enquête et va aller de découverte en découverte.

Pourquoi ce livre : gagné sur le compte Twitter des éditions Points l'année dernière, j'ai profité d'un voyage en train pour l'extirper de ma PAL.

Avis : Sans rentrer trop dans les détails, je baigne dans la linguistique depuis que je suis petite. Du coup, j'étais sincèrement enthousiasmée à l'idée de lire ce roman qui m'avait l'air tout à fait décalé.

mardi 24 avril 2018

"Jefferson" de Jean-Claude Mourlevat



Résumé : Jefferson le hérisson se rend chez le coiffeur pour se faire tailler sa houppette. Mais une mauvaise surprise l'attend au salon : le propriétaire gît mort derrière son comptoir. Tout accuse le hérisson du meurtre. Notre jeune héro, pris de panique, prend la fuite. Aidé de son ami Gilbert le cochon, il décide de mener l'enquête pour découvrir qui a tué M. Edgar, blaireau de son état. Sa quête le mènera au pays des hommes où il fera de bien sombres découvertes.

Pourquoi ce livre : J'ai eu envie de me replonger dans l'univers jeunesse de l'auteur que j'avais laissé avec La rivière à l'envers avant de lire Et je danse, aussi...

Avis : Je suis sensibilisée à la cause animale, j'adhère à des associations de protection de la nature, j'essaie doucement mais sûrement de devenir végétarienne (mais pas facile avec trois hommes à la maison qui aiment leur beefsteak...), autant dire que cette histoire m'est allée droit au cœur ! Sans gâcher l'intrigue,  j'ai même franchement versé ma petite larme au chapitre 11.

lundi 16 avril 2018

"Le magicien d'Oz" de L. Frank Baum




Résumé : Dorothy habite au Kansas avec son oncle et sa tante. Lors d'une tornade, sa maison est emportée très loin de chez elle et atterrit au pays d'Oz. La jeune fille part à la rencontre du prodigieux magicien qui règne sur ce pays pour lui demander de la ramener chez elle. En chemin, elle fait la connaissance d'un lion peureux, d'un épouvantail et d'un homme de fer qui vont l'aider dans sa quête. Les voilà partis pour la cité d'émeraude !

Pourquoi ce livre : repéré dans la bibliothèque parentale, il tombait à pic pour le mois d'avril du challenge des douze thèmes (lire un classique).

Avis : Du Magicien d'Oz, je connaissais comme beaucoup le film de 1939 avec Judy Garland et dont le tournage chaotique est devenu légendaire. J'avais beaucoup aimé étant petite même si les singes volants et la méchante sorcière de l'Ouest m'avaient bien fait peur.
Ce fut un réel plaisir de lire ce livre dont l'anglais - même si un peu daté (1900) - est plus qu'accessible.