samedi 30 septembre 2017

"Les animaux ne sont pas comestibles" de Martin Page



Résumé : Récit du parcours de l'auteur vers le véganisme, ce livre navigue entre essai et aventure intime pour présenter la cause animale comme une lutte politique et éthique exigeante mais aussi joyeuse et inventive. (...) En racontant son quotidien, en présentant d'autres trajets et motivations (liées à l'écologie, à la santé), en informant sur la nutrition, en montrant que le véganisme est accessible et gourmand, et qu'il n'a rien à voir avec l'ascèse ou la pureté, Martin Page invite chacun, qu'il soit végane, végétarien ou omnivore, à s'interroger sur le regard qu'il pose sur les animaux et sur la place que leur assigne la société.
La lutte pour les animaux est une question de justice sociale. Il est plus que temps d'inventer un monde empathique et égalitaire. (extrait de la 4ème de couverture)

Pourquoi ce livre : j'ai eu l'occasion d'échanger avec l'auteur sur son parcours de végane lors de la fête du livre de Villeurbanne en début d'année.

Avis : Je suis dans une démarche où je m'interroge sur la provenance de la nourriture que je mange et j'ai de plus en plus de mal à manger de la viande. Je suis passée au rayon boucherie de mon supermarché par plus tard que ce matin avec l'idée de prendre des côtes de porc. Et quand j'ai vu la photo du cochon  juste au dessus des barquettes, j'ai renoncé. Je vois l'animal mort là où je voyais juste un bout de viande avant. Oui je sais, c'est rude.
Le livre de Martin Page a un énorme mérite, il n'est ni culpabilisant, ni moralisateur. Il est factuel et documenté tout en étant convaincant et engagé. Il s'adresse aussi bien à ceux qui comme moi, veulent arrêter la viande qu'à tous les autres qui ne sont pas dans cette démarche.
Découpé en "chapitres thématiques", il fait le tour de la question du véganisme. De la façon d'affronter les remarques hostiles de son entourage en passant par la défense des animaux, le militantisme, les déserts alimentaires, les idées reçues en matière de santé, etc. J'ai trouvé l'ensemble extrêmement complet. Et émouvant aussi. Car Martin Page partage avec nous quelques moments plus ou moins délicats de sa vie : on comprend mieux pourquoi la lutte contre toute forme d'oppression lui tient autant à cœur.
L'empathie et la bienveillance sont au cœur du discours et c'est quelque chose qui me parle.
Martin Page n'est pas auteur pour rien, c'est très bien écrit, fluide, tout est bien amené et tombe sous le sens. Je ne dirais pas que j'ai pris plaisir à lire ce livre dans le sens où il n'est pas spécialement divertissant et certaines infos sont un peu difficiles à avaler. Il aborde un sujet qui peut faire polémique. Mais il l'aborde de façon simple et engagée, ce qui en fait pour moi un indispensable !

Comme je découvre la plume de l'auteur, très prolixe également en fiction, j'inscris cette lecture pour le mois de septembre du challenge des 12 thèmes.


Robert Laffont, 2017, 265 p.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire